833906

A Orléans, une cité en plein renouveau

Longtemps délaissé par la ville,  une cité orléanaise va enfin connaître une rénovation de son quartier. Cet accord se produit après plusieurs semaines de négociations entre la municipalité et une société de HLM. Cela n’aurait pu être permis sans la pétition des habitants adressé au maire de la ville.

La cité de l’Argonne, construit en 1970 est un quartier vétuste d’Orléans (Loiret) où aucuns travaux de réhabilitation n’avaient eu lieu avant aujourd’hui.  En effet, pour satisfaire au mieux le bien être des résidents, la municipalité a indiqué que ce quartier allait être rénové. La cité est un site de 3 hectares comprenant 4 bâtiments et 250 logements, idéalement situé près de la gare et de la ligne B du tram. Une partie du quartier est classée zone urbaine sensible (ZUS) où la mixité sociale est bien présente.  Ainsi, le maire d’Orléans Serge Grouard (Les Républicains) a ainsi conclu un accord avec une société de HLM pour la réhabilitation de la cité. Au programme : rénovation des logements, réaménagement des espaces extérieurs : création d’une zone piétonne, plantations, création d’aires de jeux, agrandissement des zones de stationnement. La durée des travaux est d’environ 18 mois.  La municipalité estime cette restauration à 10 millions d’euros.

Toutefois, il y a encore quelques mois, la société de HLM prévoyait la démolition de toute la cité. Pour lutter contre le tout-bulldozer, les habitants ont ainsi décidés d’alerter le maire de la ville avec une pétition pour réclamer des travaux de rénovation de la cité et non une destruction. La pétition aura permis à la ville de nouer un dialogue avec  la direction de la société de HLM et de conclure sur l’accord de réhabilitation de la cité. La ville devait pourtant faire des économies mais la pression des résidents du quartier a obligé le maire à agir.

Sur place, le sentiment qui règne après cet accord est le soulagement de toute une cité qui s’impatientés  d’une lourde rénovation.  « Cela fait bientôt 10 ans que j’habite ici et il est bien temps que notre quartier soit rénové puisque c’est l’un des quartiers les plus vieux d’Orléans. On avait le sentiment d’être abandonné par la ville», s’exclame Alain, retraité de 63 ans. La décision de la ville est ainsi légitime et était attendu par tout le quartier. L’impatience est de mise chez les résidents qui ont hâte de voir le résultat. Pour cela, il faudra attendre presque 2 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *