debat

Décryptage de la campagne présidentielle avec Pujadas et Apathie

A l’aube de la Présidentielle, deux journalistes politiques, David Pujadas et Jean-Michel Apathie étaient invités à débattre et à répondre aux questions des élèves de l’EFJ et de l’EFAP. Animé par Christine Kelly, ex-membre du CSA, ce débat s’articulait autour des médias et de la politique.

A deux jours du premier tour des présidentielles, les questions des étudiants étaient centrés sur le rôle des médias et des sondages dans l’opinion publique et plus globalement dans la politique. Véritable outil d’opinion, les sondages sont très présents en période d’élections. Cependant, son rôle est souvent critiqué par certains. En effet, il influencerait les votes et son interdiction à un mois de la fin des élections a été suggérée. Mais pour Jean Michel Apathie, « interdire les sondages, c’est se méfier de la modernité « . Selon lui,  » nous ne vivrions pas mieux sans les sondages « . David Pujadas complète la vision de son homologue en défendant l’importance des sondages.  » L’opinion est autonome, le vote échappe aux sondages et aux médias. Les sondages ne sont donc qu’une photographie de l’opinion public  » répond le journaliste politique de France 2. Par ailleurs, les sondages sont souvent décrits par certains détracteurs comme un moyen de manipuler les foules. Cependant, David Pujadas estime que  » la multitude des instituts de sondages empêchent ces manipulations « . Et pour cette élection présidentielle de 2017, tous les instituts de sondages révélaient à quelques différences près les mêmes résultats. Avec un groupe de 4 devant qui se détachait (Macron, Le Pen, Fillon et Mélenchon) et Hamon juste derrière.

Par ailleurs, la question du rôle des médias dans l’opinion publique revient aussi en période d’élections. Pour les deux journalistes politiques présents à ce débat, l’objectivité n’existe pas. Mais il faut savoir rester le plus neutre possible lorsque nous couvrons des élections. Animant les débats présidentiels et les émissions politiques, David Pujadas est au cœur de cette couverture médiatique.  » Il ne faut pas faire de différence de traitement entre les candidats  » estime David Pujadas. Il continue en affirmant  «  qu’il y a un équilibre à trouver entre traiter les programmes de chacun et les affaires concernant certains candidats (Le Pen et Fillon) « . Quant à Jean Michel Apathie, il nous a révélé qu’il votait blanc à chaque élection depuis 1988. Selon lui, un journaliste politique comme il est, ne doit pas interviewer un candidat pour qui il a voté ou qu’il n’a pas voté. Toutefois, cette présidentielle de 2017 a été très suivie par les français. Mais pour David Pujadas,  » les affaires n’attirent pas forcément plus d’audience, elles ont faits auprès des français un effet de sidération « . Il conclut cette interrogation en affirmant que « cette présidentielle a été d’un bon niveau « . Un avis que Jean Michel Apathie ne partage pas.

Pour conclure ce débat, les deux journalistes ont conseillés aux étudiants présents à ce débat de penser par soi-même et d’aiguiser sa curiosité.  En effet, David Pujadas estime que « le problème du journalisme aujourd’hui, c’est le conformisme et le suivisme « .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *