1 © Laurene Berchotteau

Prix Chorus 2016 : interview avec Zerolex

La 7ème édition du Prix Chorus du 92 qui récompense les jeunes musiciens ou groupe de musique est lancée.

Dans le cadre de sa politique auprès de la jeunesse, le département des Hauts-de-Seine s’intéresse à la musique avec le Prix Chorus crée en 2010. Ce prix a vocation à aider les jeunes musiciens à décoller dans le monde difficile de la musique. Le jury, composé de professionnels du milieu, octroiera une somme de 15 000 € en aide professionnelle au vainqueur du prix.

Levallois Actus a interrogé Jérémy, alias Zerolex. Il est l’un des membres du groupe vainqueur de l’année dernière: Cotton Claw.

Levallois Actus : Peux-tu te présenter, raconter ton parcours ?

Zerolex : Je m’appelle Jérémy, j’ai 22 ans et j’habite à Besançon. Mon parcours musical a commencé avec la batterie quand j’étais collégien et je me suis tourné vers la musique électronique en 2011 avec mon projet solo : Zerolex. Cotton Claw est né l’année suivante avec trois autres musiciens : Lilea Narrative, YoggyOne et Zo aka La chauve-souris.

LA: Tu fais aussi de la musique en solo, comment gères-tu ton temps entre ta musique perso et les projets du groupe ?

Zerolex: C’est difficile de jongler avec plusieurs projets. Quand on a crée Cotton Claw, on s’est mis d’accord pour que le groupe soit notre priorité et aujourd’hui, on se concentre tous les quatre dessus. C’est indispensable pour avancer dans la même direction. Personnellement, je trouve encore du temps pour avancer sur mon projet solo mais ce n’est pas mon activité principale et je n’ai pas les mêmes ambitions qu’avec Cotton Claw pour le moment.

LA : Comment avez-vous connu le Prix Chorus ?

Zerolex : On a connu le Prix Chorus par l’intermédiaire de notre tourneur, Allo Floride. C’est lui qui a monté le dossier et nous a inscrits.

LA : Tu peux nous raconter un peu l’expérience ?

Zerolex : En février, on a appris que l’on faisait partie des 6 finalistes retenus sur 650 dossiers : c’était déjà une très bonne nouvelle ! En avril, on a présenté un premier live de 30 min à la Défense, lors du festival Chorus, avec le jury dans la salle. C’était un exercice vraiment particulier : un petit set, en fin d’après-midi, avec l’impression de passer une audition. Après le live, on a rencontré le jury pour discuter de notre projet, de nos ambitions, aborder les points forts et les points faibles… C’est la première fois qu’on se « confrontait » à des gens du métier donc leurs avis et leurs conseils étaient bons à prendre.
La remise du prix a eu lieu lors de la soirée de clôture du festival, deux jours plus tard, où tous les groupes finalistes rejouaient deux morceaux sur scène. On peut dire très sincèrement qu’on ne s’attendait pas à remporter ce prix ! C’est un peu bidon de dire ça mais c’était une vraie surprise : une très bonne expérience donc.

LA : Le groupe a touché 15 000 € en « aide professionnelle », ça correspond à quoi exactement ?

Zerolex : Il y avait plusieurs manières d’utiliser cette aide. Nous avons décidé de nous concentrer sur la scénographie dans un premier temps. Une partie du budget est donc consacrée à l’élaboration d’une nouvelle installation scénique, sur laquelle on travaille actuellement. Ensuite, l’aide va nous permettre de travailler en résidence dans une salle, d’investir dans de la promotion etc,… Toutes ces choses coûtent cher et le prix Chorus est arrivé pile au bon moment pour nous aider à développer notre projet qui existe avant tout pour le live.

LA : Au-delà de l’aide financière, quel a été l’impact du prix sur le groupe ?

Zerolex : Au-delà de l’aide financière, le prix Chorus a apporté de la crédibilité au groupe : c’est une vraie reconnaissance de la part des professionnels. Le simple fait d’avoir été retenus parmi les 6 finalistes a permis à notre nom de circuler. Une compilation a également été distribuée aux programmateurs entre autres, pour présenter les groupes retenus. On nous parle encore régulièrement de Chorus en interview : preuve que ça participe aussi à nous identifier.

LA : Quels sont les projets de Cotton Claw ? Et les tiens ? 

Zerolex : On travaille sur la suite avec Cotton Claw. On repart sur la route en 2016 avec l’installation que j’évoquais tout à l’heure. Sur scène, on va continuer de défendre notre album « Volutes » qui est sorti en Avril mais on présentera également des nouveaux morceaux et une nouvelle écriture lumière. En solo, je viens de sortir un single qui s’appelle « Twofold », sur le même label que Cotton Claw : Cascade Records. Et je travaille sur un premier album qui devrait voir le jour en 2016 !

 

Inscriptions au Prix Chorus jusqu’au 15 janvier 2016 : http://prixchorus.hauts-de-seine.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *