Insolite : du ski-nautique sur la Seine

L’histoire commence en Normandie sur le lac de Rabodanges dans les années 60. Jean Bertrand, moniteur et dirigeant du Motonautique Club de Basse Normandie initie ses deux fils, Thierry et Dominique aux plaisirs de la glisse dès l’âge de 5 ans et le virus ne les quittera plus. Désormais, les deux frères partagent leur passion dans un cadre atypique, pour ce genre de sport, entre le Pont de Saint-Cloud et le Pont de Suresnes.

Travaillant à Paris, Thierry et Dominique n’ont pas pu résister à l’appel de l’eau. Ainsi, ils ont décidé d’ouvrir ce club de ski nautique sur la Seine, avec les buildings de la Défense comme toile de fond. Le 11 juin, la température est déjà estivale et le soleil a répondu présent au rendez-vous. « Avec un temps pareil, ça va être parfait ! », s’exclame Dominique. Les deux frères sont des champions en la matière. En effet, ces derniers se partagent plusieurs victoires en championnat de France. Ils sont également diplômés par la Fédération française de ce sport, qui leur a apporté son soutien en 1991 pour l’ouverture du club.

« Comptez jusqu’à trois pour vous redresser, ne tirez surtout pas sur les bras ». Les dernières instructions de Thierry données, Gabriel peut se jeter à l’eau et profiter de son activité insolite et de la sensation qu’elle procure. Après quelques essais ratés, cet amateur de sports extrêmes, arrive enfin à glisser sur l’eau tiré par Dominique, à la barre du bateau. «C’est une sensation géniale ! Quand on commence à saisir le système, on a plus qu’à se laisser traîner et profiter pleinement du moment en admirant le paysage et se laisser dorer par le soleil, au passage », s’enthousiasme Gabriel.

Sur cette partie du fleuve, la vitesse maximale n’est limitée qu’à 60 km/h. Une aubaine pour tous les amoureux de glisse qui peuvent pratiquer monoski, wakeboard ou biskis. Les deux premiers étant conseillés pour les débutants. Cependant, Dominique et Thierry dépassent rarement les 30 km/h. A part pour « les sympathisants du club ou les quasi professionnels », précise Dominique.

Après leurs quelques minutes de plaisir, les deux frères offrent l’apéro, pour donner une ambiance chaleureuse, digne des meilleures vacances, face au coucher du soleil. « Pour nous le plus important dans ce sport, c’est son côté convivial. On le pratique en club, donc avec différentes personnes qui partagent la même passion », explique Thierry. Sur la péniche, les touristes et les travailleurs en chemise se mélangent, en exprimant leur ressenti sur ce moment vécu et les anecdotes de diverses expériences passées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *