Donald vole dans les plumes de l’économie mondiale

Vers 9 heures ce matin, la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles est annoncée officiellement. Une surprise pour beaucoup et qui n’est pas sans conséquences, notamment en économie.

La surprise fait peu à peu place à l’effroi ce matin pour les marchés financiers mondiaux face à l’avance prise par Donald Trump, puis son élection en tant que 45ème président des Etats-Unis.

La réaction des bourses mondiales ne se fait d’ailleurs pas attendre : dès le début de la soirée et l’annonce des premières victoires de Trump, le cours monétaire de plusieurs marchés commence à descendre. Cette tendance va croissante tout au long de la soirée, au fur et à mesures que le futur président des Etats-Unis prend de l’avance sur sa concurrente.

Le point culminant de cette chute est atteint vers 9 heures, lors de l’annonce officielle de la victoire de l’homme d’affaire avec un bilan négatif pour presque chaque bourse mondiale. Le Dow Jones (l’indice de bourse de New York) a perdu près de 700 points au cours de la nuit, suivi par la bourse de Londres (plongeant de 5% sur les marchés), l’indice Nikkei de la bourse de Tokyo (-5,36%) et la bourse de Sydney (-3% à la mi-journée).

Du côté des devises également l’influence de l’élection se fait sentir, en particulier sur le peso mexicain qui atteint son plus bas niveau jamais vu avec 18,2 pesos pour 1 dollar contre 20,3 plus tôt dans la journée : une chute historique. Bien que n’égalant pas le peso, l’euro et le yen font eux aussi face à une baisse sévère, passant respectivement (pour 1 dollar) de 1,12 euros à 1,09 et de 105,47 yens à 101,46.

Selon l’économiste Bruno Colmant : « Cela montre que le monde s’attend à un désordre économique mondial » et on peut selon lui s’attendre à « une guerre de monnaie et une vague d’inflation ».

La réaction négative et la surprise du résultat font penser aux effets « post-Brexit » qui avait plongé l’économie dans le chaos, mais il n’en est rien. Malgré de vives premières actions, la réaction est moins marquée, et on peut s’attendre à un retour à la stabilité plus rapide. « Les actionnaires sont dans une phase de retour à la réalité » dit Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Bank. « Ensuite ils vont regarder de beaucoup plus près le programme de Trump ».

Les conséquences économiques sont arrivées rapidement partout dans le monde, mais elles sont loin d’être finis : le programme économique du nouveau président soulève toujours des questions.

Si bien des idées de Donald Trump inquiètent de par le monde, la façon dont il compte les financer reste bien souvent un mystère. On peut s’attendre cependant à ce que cela ne plaise pas beaucoup.

Appliquer une politique protectionniste, tel est l’objectif de Donald Trump : « Make America great again » comme il le scande à chaque réunion politique. L’une des principales promesses de l’homme d’affaire est de réduire les impôts de 20%, une baisse improbable, presque fantaisiste, en particulier au niveau du budget : son programme appliqué tel quel risque de faire passer la dette américaine de 75% du PIB à plus de 100%. Ce dont Donald Trump a besoin, c’est donc d’argent, et il a plusieurs idées pour en obtenir : abandon des objectifs de réduction de Co2, relance du charbon, diverses sanction commerciales…

Chaque action de Trump provoquera une réaction, et au vu de ce qu’il compte faire, on peut s’attendre a plus de négatif que de positif sur le plan économique. La stratégie d’isolationnisme soudaine des Etats-Unis (si elle est appliquée) va à l’encontre de l’ouverture du commerce mondial et aura forcément des conséquences sur l’économie mondiale, sans aucun doute loin d’être positives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *